Incroyable imbroglio autour de l’élection des représentants des athlètes auprès du Comité international olympique (CIO). D’abord repoussée de 24 heures, puis de 48 heures, la proclamation des quatre élus, dont le Français Tony Estanguet, est désormais suspendue !

Samedi, le CIO avait déclaré quatre athlètes élus à la commission des athlètes et donc devenant de facto membres du CIO pour huit ans : la spécialiste slovaque de tir Danka Bartekova, la nageuse zimbabwéenne Kirsty Coventry, le rameur australien James Tomkins et le céiste français Tony Estanguet qui auraient dû encore être adoubés par leurs pairs dimanche matin. Nous n’avons pas procédé à l’élection (officielle) des quatre athlètes parce qu’il y a eu des appels, a indiqué le président du CIO Jacques Rogge, dimanche. Lorsque les appels seront réglés, nous passerons au vote de confirmation des quatre athlètes par la session du CIO. C’est quelque chose qui peut se passer par voie postale. Siéger pendant huit ans au CIO se mérite. L’histoire ressemble au méli-mélo de l’élection présidentielle américaine de 2000 entre George W. Bush et Al Gore.

Elu, Estanguet a bénéficié de la disqualification de deux athlètes, le Japonais Koji Murofushi, champion olympique du lancer du marteau, et le Taïwanais Mu-Yen Chu, spécialiste de Taekwondo contre qui une première réclamation avait été déposée jeudi et qui ont à leur tour déposé un appel contre leur exclusion.