L’équipe cycliste Green Cycle Associates, dont le principal parraineur est le site de paris en ligne Unibet.com, a assigné mercredi à Lille en référé pour abus de position dominante ASO, organisateur du Tour de France qui ne l’a pas convié pour l’édition 2007.

La décision sur le litige, dans lequel Green Cycle Associates demande au tribunal de commerce de Lille de déclarer Amaury Sport Organisation (ASO) coupable d’abus de position dominante et de pratiques discriminatoire à son encontre, sera rendue lundi.

Déjà écartée de plusieurs épreuves importantes (Paris-Nice, Paris-Roubaix, la Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège) en raison de l’interdiction de toute forme de publicité en France et en Belgique pour les sites de paris en ligne, l’équipe cycliste avait choisi de courir désormais en France avec Canyon, une société allemande de cycles, comme sponsor affiché sur le maillot et les équipements de l’équipe.

Les avocats de Green Cycle Associates ont argué au cours de l’audience que l’exclusion de l’équipe du Tour de France, toujours fondée selon elle sur l’illégalité supposée de son sponsor Unibet.com, constituait une discrimination et un abus de position dominante.

Green Cycle Associates ne demande pas un droit absolu de participation aux épreuves organisées par ASO, mais demande une bonne raison pour être évincée, a notamment déclaré Me Christoph De Preter.

Contestant qu’ASO soit en position dominante, l’avocat de l’organisateur du Tour Me Jacques Nataf a de son côté dénoncé les faux-nez successifs d’Unibet, soulignant que le site de paris restait, malgré son absence sur le maillot des coureurs en France, le principal parrain de l’équipe. Le directeur du Tour de France avait justifié le 29 juin la décision de ne pas inviter l’équipe par ses résultats sportifs. Plusieurs litiges ont déjà opposé les deux parties, notamment à Nanterre, où le tribunal de commerce avait débouté Unibet qui demandait à participer à Paris-Nice.

La formation Unibet.com a, par ailleurs, annoncé son retrait de l’association internationales des équipes cyclistes (AIGCP).

Les responsables d’Unibet ont regretté l’absence de soutien de la part de l’AIGCP dans leur conflit avec ASO (Amaury Sport Organisation), l’organisateur du Tour, dans un communiqué disponible mercredi sur leur site internet.

L’AIGCP, dont nous avons été un membre à part entière, et son président Patrick Lefevere, n’ont jamais défendu nos droits. Pour cette raison, nous ne voulons plus à partir de maintenant faire partie de l’AIGCP, a déclaré Koen Terry, le manager de l’équipe.

Unibet a regretté également l’inconséquence de l’Union cycliste internationale (UCI) qui lui a accordé une licence ProTour sans que l’équipe soit pour autant certaine de disputer toutes les épreuves de ce calendrier.

L’équipe, parrainée par une société de paris en ligne (activité dont la publicité est interdite en France), n’a pas été retenue pour les courses organisées par ASO, pas plus que pour le Tour d’Italie.