Dix adolescents du quartier populaire de La Patrotte, à Metz (Moselle), ont participé toute la semaine à une chasse aux macro-déchets au fil de la Moselle, sur un voilier et à bord de kayaks.

Emmenés par Sébastien Lefebvre, navigateur messin qui a traversé l’Atlantique à la rame il y a six ans, ils ont ramassé près de 600 litres de barils de lessive, ballons de football ou bâches en plastique sur une cinquantaine de kilomètres, entre Liverdun (Meurthe-et-Moselle) et le port de plaisance de Metz.

L’an dernier, j’avais fait le parcours seul, du Luxembourg à Metz, et j’avais compté 70 à 80 déchets par kilomètre. Cette année, on se situe plutôt autour de 15 ou 20 déchets: c’est encourageant, note l’organisateur, qui a appris à ses jeunes matelots les rudiments de la navigation. Ils ont vu la vie à bord d’un bateau : faire des économies d’eau et d’énergie et vivre sur une petite embarcation, se réjouit-il.

Depuis son retour de la traversée de l’Atlantique, en 2003, le skipper prépare une expédition dans le trash vortex, une étendue de déchets dans le Pacifique Nord formée par les courants marins, d’une surface de deux fois la France. Il compte embarquer à bord d’un voilier qu’il est actuellement en train de restaurer, alors qu’une première équipe de scientifiques canadiens doit partir lundi prochain sur la zone.

En parallèle, le navigateur multiplie les actions de sensibilisation envers les jeunes. Les adolescents qui ont descendu la Moselle en voilier présenteront ainsi à partir de lundi les déchets ramassés, préalablement transformés en droïdes – des petits monstres devenus inoffensifs pour l’environnement – , lors d’une exposition dans leur quartier de La Patrotte.