Le court central de Flushing Meadows, le Arthur Ashe Stadium, est désormais équipé d’un toit rétractable, comme cela se fait déjà en Grand Chelem à l’Open d’Australie et à Wimbledon, mais toujours pas à Roland-Garros. Il ne sera actionné qu’en cas de pluie.

Dernier tournoi du Grand Chelem de l’année, l’US Open a fait peau neuve pour l’édition 2016. Construit en deux ans pour un montant de 150 millions de dollars, ce toit peut se fermer (ou s’ouvrir) en moins de sept minutes ! Une prouesse technique pour un monstre de 6.500 tonnes d’acier. La fin d’une longue attente. Depuis plusieurs années, la fin du tournoi était perturbée par la pluie et le vent qui s’abattent sur New-York à cette période de l’année. A tel point que la finale messieurs a plusieurs fois été décalée au lundi, avant d’être finalement programmée définitivement ce jour pour permettre aux joueurs de mieux récupérer, les demi-finales ayant lieu le samedi. Egalement aussi à la demande des chaînes diffuseuses qui ont l’habitude de faire la pluie et le beau temps en matière de programmation…

Lss principaux acteurs de la quinzaine new-yorkaise sont déjà séduits par l’immense infrastructure mise en place sur le court Arthur-Ashe, capable d’accueillir 23.771 spectateurs. La plus grande enceinte de tennis au monde. C’était agréable, on a une magnifique arène, s’est réjouie Serena Williams après un entraînement. C’est gigantesque a ajouté Garbine Muguruza, la lauréate de Roland-Garros cette année. Il faut dire que ce toit grimpe jusqu’à 62,5 mètres au-dessus du terrain. Vainqueur à Londres, champion olympique à Rio cet été, Andy Murray est également séduit : Visuellement, c’est magnifique, et c’est vraiment très rapide à ouvrir et fermer. Ça ne devrait pas provoquer trop de retards.

Et ce n’est pas fini à l’US Open. Le toit n’est que la première partie visible des 600 millions de dollars investis par la fédération américaine. D’autres grands changements sont à venir. Dès cette année, les joueurs vont découvrir le nouveau Grandstand, troisième terrain en capacité (8.200 places) derrière les courts Arthur-Ashe et Louis-Armstrong. Un tout nouveau court de forme ronde, qui tentera de faire oublier l’ancien, très apprécié par les joueurs pour son ambiance particulière. Le Grandstand historique, adossé au court Louis-Armstrong a lui été transformé en court d’entraînement pour cette édition. Juste après les derniers échanges, ces deux courts seront détruits pour construire un nouvel Armstrong, doté lui aussi d’un toit et qui devrait être opérationnel dès 2018. Date à laquelle Roland-Garros devrait toujours être orphelin d’un premier toit sur son court central…