Le conseil de Paris a voté mardi une procédure de révision simplifiée du PLU permettant le réaménagement de Roland-Garros, selon le projet approuvé le 13 février par la Fédération française de tennis (FFT) qui a décidé de maintenir le célèbre tournoi dans la capitale.

Ce projet prévoyant la modernisation et la couverture du court central de Roland-Garros Philippe Chatrier, et si nécessaire, dans un deuxième temps la couverture du court Suzanne Lenglen (10.000 places), la ville a remonté de 18 mètres à 31 mètres les hauteurs possibles de construction dans le périmètre du stade et aux alentours.