Le président du Castres Olympique, Pierre-Yves Revol, a été élu à la présidence de la Ligue nationale de rugby (LNR) à l’issue de l’Assemblée générale de l’instance régissant le rugby professionnel français.

Pierre-Yves Revol, 51 ans, succède à Serge Blanco, président de la LNR depuis sa création en 1998. Durant son règne, le visage du rugby s’est considérablement modifié : élite réduite à quatorze clubs, championnat à poule unique, hausse des revenuset du budget la Ligue (22,8 millions d’euros en 1998, 55 aujourd’hui), couverture médiatique grandissante et augmentation des droits télé perçus (10,7 millions d’euros en 1998, 27,5 aujourd’hui). M. Revol a recueilli 66 des 68 suffrages exprimés de l’Assemblée générale.

Trois personnes effectuent leur entrée au sein du Comité directeur : Max Guazzini, président du Stade Français, et Alain Pecastaing, président du Conseil de surveillance de l’US Dax. Ils remplacent numériquement Pierre Martinet (Bourgoin), qui ne s’était pas représenté, et Serge Blanco comme représentants des clubs du Top 14. Enfin, Laurent Lubrano, ancien directeur général d’Agen, effectue sa rentrée au Comité directeur en tant que personnalité qualifiée. Il occupe le poste laissé vacant par Paul Goze depuis son retour à la présidence de Perpignan.

Adoubé par Blanco pour la présidence de la LNR, Jean-Pierre Lux, président de l’European Rugby Cup (ERC, organisateur des Coupes d’Europe), a été réélu en tant que personnalités qualifiée. Patrick Wolff, vice-président de la Ligue, également.

Pierre-Yves Revol, par ailleurs directeur général de la société Pierre-Fabre, était soutenu par l’UCPR (Union des clubs professionnels de rugby) afin de barrer la route à Lux. Il a pour lui la légitimité puisqu’il est le plus ancien président de club en exercice (20 ans) et a toujours siégé au comité directeur de la Ligue. Aux yeux des présidents, son élection devrait entraîner un changement d’époque.