Conséquence de l’entrée du rugby à VII parmi les disciplines olympiques, le nombre de pratiquants devrait doubler d’ici 2026, selon un rapport de HSBC. La banque compte parmi les principaux soutiens de la discipline. Elle donne notamment son nom au World Rugby Sevens Series, une série de tournois internationaux, opposant quinze équipes nationales.

D’après HSBC, en lien avec The Future Company, agence de conseil en planification stratégique, le rugby pourrait compter 15 millions de pratiquants d’ici dix ans. Selon les prévisions, le rôle des femmes dans cette évolution sera déterminant, puisque d’ici 10 ans, elles représenteront plus de 40 % des joueurs de rugby à XV dans le monde. Actuellement, la discipline rassemble 7,2 millions de joueurs actifs, soit une hausse de 53 % depuis 2007, et compte 103 fédérations nationales à titre de membre à part entière, et 17 fédérations à titre de membre associé.

Le rugby à VII est le géant endormi du rugby, estime Sir Clive Woodward, entraîneur de l’équipe qui a remporté la Coupe du monde de rugby à XV en 2003. Je suis certain que Rio marquera les esprits, et que ces Jeux seront le tremplin qui permettra à la discipline de rencontrer un véritable écho mondial. Le rugby à VII n’attire pas les mêmes adeptes que le rugby à XV. Il se pourrait même qu’il détrône le rugby à XV, ne serait-ce qu’en raison de son nombre de pratiquants et de sa popularité. C’est une bonne chose, selon moi. Les règles sont plus simples, sa pratique est plus facile et la discipline attire bien plus de joueurs.

L’entrée du rugby masculin et féminin à VII dans les JO de 2016 joue un rôle de catalyseur pour son financement et développement. Entre 2009 et les Jeux de Rio en 2016, World Rugby, l’organisme international qui régit la discipline, a investi plus de 350 millions de livres sterling dans cette discipline, à tous les niveaux, sans compter les importants financements supplémentaires émanant des fédérations olympiques nationales. Dans l’intervalle, le nombre de pratiquants du rugby à XV dans le monde a doublé, passant de 3,5 millions à plus de 7 millions. Le rugby suit actuellement une trajectoire de croissance qui promet d’être passionnante, et son intégration au sein des disciplines olympiques s’inscrit dans cet élan. Pour s’assurer un avenir, le rugby à VII doit conquérir de nouveaux pays, gagner une nouvelle audience et attirer davantage de joueurs explique Giles Morgan, Directeur Monde Sponsorship et Événements chez HSBC. Le plus surprenant dans l’expansion du rugby au cours des trois dernières années, c’est que cette augmentation sera presque pour moitié assurée par une hausse du nombre de pratiquantes. Sur cette période, le nombre de joueuses est ainsi passé de 200 000 à 1,7 million. Le rugby à VII a joué un rôle de catalyseur dans ce nouvel engouement, qui a été pour le moins phénoménal, et cette tendance n’est pas près de s’arrêter.

Pour étayer ses prévisions, HSBC mise notamment sur l’arrivée de nouveaux pays dans le monde du rugby. Des pays tels que la Chine et le Brésil, qui profitent de l’entrée du rugby à VII parmi les disciplines olympiques pour attirer des financements, ont qualifié leurs équipes masculine et féminine. HSBC estime que le rugby à VII se transformera en un sport d’été à part entière. Fort d’une nouvelle visibilité et d’une plus grande notoriété, le rugby à VII commencera à attirer de nouvelles recettes provenant des ventes de billets, des médias et des sponsors. Cette tendance sera renforcée par la multiplication des compétitions nationales de rugby à VII entre clubs et ligues franchisées, ainsi que par l’émergence du rugby à VII en tant que sport d’été.

Selon World Rugby, l’accession du rugby à VII au rang des disciplines olympiques va révolutionner l’image de ce sport. La participation du rugby à VII aux Jeux olympiques va changer la donne en assurant à la discipline un essor et une popularité au niveau mondial, souligne, Bernard Lapasset, président de World Rugby jusqu’au 1er juillet. Le nombre de pratiquants dans le monde a déjà doublé depuis le vote entériné en 2009, et le nombre de joueuses a été multiplié par 5. Nos fédérations bénéficient d’un important soutien et de nombreux investissements de la part du Comité national olympique. De plus, le rugby est désormais au programme des écoles enseignant les sports olympiques.

« En tant que société de services bancaires et financiers d’envergure mondiale, nous sommes heureux d’ouvrir un nouveau champ d’opportunités aux sportifs. Nous souhaitons aider les fédérations de rugby à capitaliser sur cette année charnière. Et c’est d’ailleurs ce qui nous a incités à commander ce rapport »
Cependant, même si tous les ingrédients indispensables sont réunis, rien ne garantit que le succès soit au rendez-vous, conclut Giles Morgan. Par conséquent, il est crucial que World Rugby, les fédérations et les partenaires s’engagent afin de transformer cet essai. Le rugby décrochera sa médaille d’or s’il parvient à utiliser les Jeux de 2016 comme un levier afin de générer une croissance, une adhésion et un engagement encore plus importants.