José Mourinho n’a pas apprécié la diffusion d’une partie de son entretien accordé au Canal Football Club dimanche et a vivement taclé Canal+. La chaîne a démenti avoir volé les propos de l’entraîneur de Chelsea.

Pas sûr que Canal+ obtienne une interview de José Mourinho dans le futur. La diffsion de son entretien dans le Canal Football Club dimanche a fait couler beaucoup d’encre en Angleterre. La raison ? L’entraîneur de Chelsea s’est laissé aller à une blague sur ses attaquants et l’âge de Samuel Eto’o. Nous n’avons pas de buteur. Samuel Eto’o ? Non… Il a 32 ans, peut-être 35 ans, je ne sais pas, a ainsi lâché Mourinho. Une sortie qui fait polémique et qui aurait provoqué la colère du principal intéressé.

Pour le Happy One, cette partie de l’entretien n’aurait pas dû être diffusée. Il s’en est vivement pris à Canal+ en conférence de presse ce mardi, à la veille du match face à Galatasaray en Ligue des champions. Ce média devrait avoir honte de ce genre de pratiques. En tant que médias, vous devriez être embarrassés qu’un collègue ne respecte pas l’éthique du métier, qui est quelque chose de fondamentale. Ils ont sorti quelque chose qui faisait partie d’une conversation privée. C’est vraiment dégoûtant. Cela montre qui ils sont vraiment, a-t-il asséné, ajoutant que Samuel Eto’o n’avait raison d’être perturbé par ses propos, simple blague en privé.

Hervé Mathoux, rédacteur en chef du Canal Football Club, a contredit la version de l’entraîneur des Blues. Je n’ai pas grand-chose à dire si ce n’est pour m’étonner. Ce ne sont pas des images volées. On a une interview prévue après et notre cameraman est donc présent. Il y a une caméra qui filme en plan très serré, a balayé le journaliste de Canal+ auprès de l’AFP. Elle n’est pas à 10 mètres, elle ne zoome pas, il y a un rouge visible et il a forcément conscience d’être filmé, d’autant que c’est quelqu’un qui croise des caméras très souvent et qui est rompu au rapport avec les médias, a ajouté Mathoux, pour qui Mourinho n’a peut-être pas voulu assumer totalement ce qu’il dit. Il aurait pu venir voir le journaliste et demander qu’on n’utilise pas ces images. Il n’a fait aucune demande particulière. L’interview a eu ensuite lieu tout à fait normalement, a-t-il conclu. 1-1, balle au centre.