Sportivement, Liverpool remonte la pente depuis plusieurs journées. Economiquement en revanche, le club de la Mersey ne cesse d’accroître sa dette. Elle approche des 100 millions d’euros, alors qu’elle s’élevait à 75 millions au 31 mai dernier. Les Reds paient leur absence de la Ligue des champions, qu’ils n’ont pas joué depuis 2010. Quelques transferts coûteux, qui n’ont pas été rentabilisés sur le terrain, sont aussi la cause de cette aggravation des comptes. Le directeur général de Liverpool, Ian Ayre, acquiesce. La dette nette provient en grande partie de notre activité liée au transfert de joueurs.

Liverpool a enregistré des pertes de 40,5 millions de livres (environ 47 millions d’euros) pour une période de 10 mois, ce qui s’ajoute aux pertes du précédent exercice financier.