L’entraîneur de Manchester United Alex Ferguson met en garde contre les signaux d’alerte dans l’économie du football et s’inquiète du possible effondrement d’un grand club, dans un entretien au magazine économique North West Business Insider paru samedi.

Dans le monde du football, on voit que les signaux d’alerte sont là. Mais cela ne semble déranger personne. On se demande où cela va finir et ce qui se passera quand un grand club va tomber, va s’effondrer, met en garde Ferguson.

Je pense qu’il y a énormément de dépenses. Et on se demande où cela va s’arrêter. C’est exactement ce qui se passait il y a deux ans dans le monde des affaires. Il y avait des signaux d’alerte, tout le monde le savait. Mais ils continuaient parce que c’était tellement facile d’obtenir des prêts, explique Ferguson.

Les clubs anglais sont lourdement endettés, à hauteur d’environ 700 millions de livres (quelque 770 millions d’euros) en ce qui concerne Manchester United. Mais le grand club le plus exposé semble Liverpool, dont les propriétaires américains ont dû renégocier la dette en urgence.

Deux clubs de moindre envergure, West Ham et surtout Portsmouth, rencontrent de très importantes difficultés depuis le début de la crise financière. Les salaires de septembre des joueurs de Portsmouth ont été versés avec retard et le club vient d’être cédé à un consortium d’hommes d’affaires saoudiens qui se sont engagés à le recapitaliser.