L’arrivée de David Beckham au Paris Saint-Germain n’est pas passée inaperçue dans le pays d’origine du milieu de terrain. La presse britannique s’amuse de cette annonce. Les boules en or, affirme le Sun faisant un jeu de mot avec son surnom anglais Ball. Le tabloïd ajoute quil est déjà un héros pour avoir fait don de son salaire à une oeuvre de charité, mais qu’il aurait mieux fait de garder quelques livres de côté pour permettre à son épouse Spice Girl Victoria de claquer son argent dans les magasins parisiens.

Pour le Daily Telegraph, Beckham a eu le geste qu’il fallait dans le pays qu’il fallait en faisant don de son salaire. L’argent est peut-être l’ultime tabou dans un pays qui a guillotiné son aristocratie (…) et dont le président socialiste François Hollande, a prononcé la phrase fameuse : je n’aime pas les riches.

Le Times évoque un dernier tango à Paris pour la star internationale. Cette étape annonce au monde et bien sûr à la France qu’il existe un club de football à Paris, ajoute le journal.