L’UEFA, qui s’est dite vendredi optimiste, s’exprimera lundi sur l’ultimatum fixé à l’Ukraine concernant les garanties demandées en matière de non ingérence du politique dans le domaine sportif sous peine de se voir retirer la co-organisation de l’Euro-2012.

L’Ukraine a jusqu’à ce vendredi minuit pour fournir les documents demandés. Officiellement, l’UEFA n’a rien reçu. Mais des sources proches du dossier ont indiqué que l’UEFA avait déjà obtenu des assurances et ne prononcerait pas de sanction contre l’Ukraine.

L’UEFA avait exigé vendredi dernier que l’Etat ukrainien cesse son ingérence au sein de la Fédération nationale (FFU) de football, menaçant de suspendre l’Ukraine de toute compétition et de lui retirer l’organisation de l’Euro-2012 (partagée avec la Pologne).

Dès vendredi dernier, l’Ukraine avait envoyé des signes de bonne volonté. La Fédération ne commente pas la lettre de l’UEFA, mais en tant que membre respectueux de cette organisation, elle va tout simplement exécuter (ce que préconise l’UEFA), avait ainsi affirmé à l’AFP un porte-parole de la FFU, Sergui Vassiliev.

Des propriétaires de plusieurs grands clubs ukrainiens sur lesquels le vice-Premier ministre ukrainien, Boris Kolesnikov, exerce une certaine influence, avaient tenté en décembre, lors d’un congrès de la FFU, de démettre de ses fonctions son président Grigori Sourkis, selon la presse ukrainienne.

La Fédération internationale (Fifa) avait déjà demandé à l’Etat ukrainien de cesser d’interférer dans le fonctionnement de sa Fédération de football.

Le coup d’envoi de la phase finale de l’Euro sera donné à Varsovie le 8 juin 2012. La finale est prévue à Kiev le 1er juillet.