Le président de la Fédération française de football (FFF) Fernand Duchaussoy a indiqué dimanche à l’AFP que six joueurs de l’équipe de France présents au Mondial 2010 n’avaient pas encore renvoyé les documents par lesquels ils renoncent à leurs primes. Il s’agit de Patrice Evra, William Gallas, Nicolas Anelka, André-Pierre Gignac, Marc Planus et Franck Ribéry.

Dans un sujet diffusé dimanche sur Téléfoot sur TF1, cinq noms de joueurs étaient cités: Patrice Evra, William Gallas, Nicolas Anelka, André-Pierre Gignac et Marc Planus. M. Duchaussoy, interrogé par l’AFP, en a ajouté un sixième: Franck Ribéry.

Mais je veux que l’on soit bien clair: on a l’accord pour tout le monde. Ca fait du buzz, mais c’est un problème purement administratif. Ce ne sont pas des primes, mais des droits à l’image que la Fédération doit aux joueurs. Et personne ne les a réclamé, personne ne veut toucher son argent, a expliqué le président de la FFF à l’AFP.

On (la Fédération) a l’argent, c’est un problème contractuel, il faut qu’ils (les joueurs) nous le cèdent par écrit, comme nous l’a demandé le Commissaire aux comptes, a ajouté le dirigeant.

J’ai parlé à Patrice Evra et Franck Ribéry, ils sont d’accord, mais pour envoyer le papier c’est compliqué, a-t-il ajouté. Evra, je l’ai eu personnellement, c’était un des premiers à dire qu’il allait les céder, on ne peut pas penser un seul instant qu’il ne va pas le faire, a-t-il poursuivi.

Concernant Gallas, qui voudrait reverser lui-même ses primes comme Anelka sans passer par la FFF, M. Duchaussoy a précisé: il ne sait pas encore trop comment il veut procéder.

C’est plus compliqué pour Gallas, il nous reproche de ne pas avoir été capitaine pendant le Mondial, c’est une situation un peu conflictuelle, mais c’est Domenech (sélectionneur durant le Mondial) qui a décidé du capitanat, pas Escalettes (président de la FFF durant le Mondial), a-t-il détaillé.

Anelka, son avocat a rappelé pour savoir comment faire, a encore souligné M. Duchaussoy.

Duchaussoy: J’ai remis la pression

————————————

J’ai remis la pression, ils, ceux qui s’occupent de ces dossiers, ont relancé la mécanique. C’est vrai que cette histoire traîne un peu trop au goût de tout le monde, a encore estimé M. Duchaussoy.

On m’a dit de planter ma tente devant chaque joueur. Mais j’ai d’autres pôles d’intérêts, d’autres soucis. Je travaille beaucoup. Et il est tout à fait légitime que des permanents sur l’équipe de France s’occupent de ces dossiers, développe encore M. Duchaussoy. Marino Faccioli (directeur administratif de l’équipe de France) et Frédéric Forestas (assistant administratif) sont en charge de ce dossier, selon M. Duchaussoy.

La ministre des Sports Chantal Jouanno avait souhaité dans L’Equipe que ce dossier soit réglé avant France-Brésil, mercredi. Pourquoi France-Brésil? Je ne sais pas pourquoi la ministre a parlé de France-Brésil. Si je pouvais le faire demain matin… France-Brésil, ça n’aurait d’intérêt que si certaines personnes qui n’ont pas signé étaient sélectionnées, a rétorqué M. Duchaussoy.

Mais c’est vrai, il faut qu’on en termine avec ça. Qu’ils signent ou ne signent pas, il faut qu’ils se positionnent, a-t-il enchaîné. On n’a pas de pouvoir légal, ce dossier ne se réglera que par la conviction des joueurs, que s’ils donnent leur accord.

Mais personne n’a réclamé l’argent, on n’est pas en conflit. Ils ne veulent pas le récupérer. Ils sont d’accord à 200%, ils traînent pour un tas de raisons, mais ce dossier sera clos très prochainement, je n’ai aucun doute, a conclu M. Duchaussoy.