La ministre des Sports, Roselyne Bachelot, a annoncé dimanche soir que le gouvernement était prêt à donner une enveloppe de 150 millions d’euros pour rénover, améliorer ou construire les stades destinés à accueillir l’Euro-2016, si la France en obtient l’organisation.

La facture est d’à peu près un milliard et demi d’euros et nous avons pris la décision avec le Premier ministre (François Fillon) de consacrer une enveloppe de 150 millions d’euros, donc une enveloppe plus importante que ce qui avait été convenu au départ (100 millions d’euros, ndlr), a déclaré la ministre sur RTL.

J’ai négocié ça avec le Premier ministre, mais à certaines conditions, a-t-elle ajouté. Cette enveloppe ne vaut que si nous avons l’Euro-2016. Cela veut dire que nous ferons cela au cas par cas, a-t-elle conclu.

Nous attendions un signal fort le voici !, a déclaré à l’AFP le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Frédéric Thiriez.

Cette aide financière, qui vient après l’adoption du texte de loi déclarant les stades de l’Euro-2016 d’intérêt national, va permettre au projet de se développer. C’est un coup d’accélérateur pour notre candidature, nous avons désormais une obligation de résultat et cela nous motive plus que jamais pour gagner, s’est-il félicité.

M. Thiriez avait début août réclamé des pouvoirs publics 150 millions d’euros, ce qui est à peine 10% du montant total des investissements en matière de construction et de rénovation des stades.

La Fédération française de football (FFF) doit choisir d’ici octobre-novembre les 12 stades de la candidature (neuf pour la compétition et trois en réserve).

Au total, 1 milliard et demi d’euros environ sont nécessaires d’ici à 2014 pour la construction de nouvelles enceintes (Lille, Lyon, Nice, Strasbourg), la rénovation des stades de Lens, Marseille, Saint-Etienne et Nancy, sans compter les aménagements possibles directement liés au dépôt d’une candidature française à l’Euro.