Les organisateurs japonais de la dernière Coupe du monde de football ont perdu environ 500 millions de yens (environ 4,1 millions d’euros) à cause des problèmes de billetterie.

La FIFA avait dans un premier temps blâmé le comité d’organisation japonais (JAWOC), constatant que de nombreux sièges n’avaient pas trouvé preneur dans les stades. Mais un rapport a révélé plusieurs problèmes dans la vente des billets hors du Japon et de la Corée du Sud effectuée par la compagnie britannique Byrom, et notamment son incapacité à informer rapidement les deux comités d’organisations sur les billets encore disponibles pour la vente sur place. A l’origine, les organisateurs japonais n’avaient pas de système destiné à mettre en oeuvre à quelques jours des rencontres la vente des billets invendus. Le JAWOC a ensuite ouvert des lignes téléphoniques, engagé du personnel supplémentaire pour livrer les places et a utilisé du courrier express pour les envoyer, dépensant ainsi 500 millions de yens, a déclaré le porte-parole du JAWOC, Hisao Shuto.

Pour compenser les frais supplémentaires engagés et le manque à gagner, la FIFA devrait dédommager les organisateurs.