L’affaire n’est pas banale. Le CSA suisse, l’Autorité indépendante suisse d’examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP), rejette une plainte contre la DRS, lui reprochant d’avoir dénoncé Alexander Frei à l’UEFA. Pour mémoire, le 17 juin 2004, après le match de l’Euro 2004 Angleterre-Suisse (3-0), l’UEFA avait ouvert une enquête disciplinaire contre l’attaquant suisse, suspecté d’avoir craché sur l’Anglais Steven Gerrard. Faute de preuve, la procédure avait été abandonnée. Or, la Télévision suisse alémanique DRS a mis à disposition de l’UEFA de nouvelles images montrant Frei cracher sur Gerrard. A la suite de quoi, l’UEFA a ainsi pu rouvrir la procédure et suspendre le joueur.

L’AIEP a alors été saisi d’une plainte dénonçant l’attitude de la chaîne DRS. L’AIEP est parvenue à la conclusion qu’en diffusant de nouvelles images, la DRS avait permis au public de se forger une opinion. Elle a ainsi respecté ses obligations journalistiques et informé de manière diligente et transparente. Elle a aussi donné la possibilité à tous les protagonistes de l’affaire d’exprimer leur point de vue et n’a donc pas enfreint le droit des programmes.

Frei, après avoir nié farouchement, a fait depuis amende honorable. L’attaquant du Stade Rennais est désormais parrain d’un lama du zoo de Bâle…