La Fédération internationale de l’automobile (FIA) condamne les organisateurs du Grand Prix de Turquie de Formule 1 à 5 millions de dollars (3,95 millions d’euros) d’amende pour avoir utilisé la cérémonie du podium à des fins politiques le 27 août à Istanbul.

Le Conseil mondial a déclaré l’Autorité sportive nationale de Turquie (Tosfed) et les organisateurs du Grand Prix de Turquie de Formule 1 (MSO) coupables de tous les chefs d’accusation reprochés, selon un communiqué de la FIA. Les organisateurs ont été condamnés à une amende cumulée de 5 millions de dollars, conclut le texte.

La Turquie risquait d’être exclue de la FIA, ce qui lui aurait fait perdre toutes les compétitions organisées sous l’égide de la FIA : le GP de F1, le rallye du WRC et l’épreuve de WTCC. Pour la FIA, cette cérémonie du podium était en infraction avec les statuts de la FIA, le Code sportif international et le Règlement sportif du Championnat 2006 de Formule 1.

La FIA reproche aux organisateurs du GP de Turquie de F1 d’avoir utilisé la cérémonie du podium à des fins politiques en faisant remettre devant 2,5 milliards de téléspectateurs la coupe au vainqueur, le Brésilien Felipe Massa (Ferrari), par le dirigeant de la République turque de Chypre du nord (RTCN), Mehmet Ali Talat. Or la RTCN est reconnue uniquement par la Turquie ce qui ne donne pas à M. Talat le statut requis de dirigeant international.