Isabelle Spennato-Lamour a été élue samedi à la présidence de la Fédération française d’escrime, lors de l’assemblée générale organisée à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Elle succède à Frédéric Pietruszka qui présidait aux destinées de la FFE depuis 2005.

Au-delà du changement au sommet, l’élection d’Isabelle Lamour est un événement dans l’univers sportif française. L’épouse de Jean-François Lamour, ancien ministre des Sports et champion olympique de sabre, devient la 2e femme seulement de l’histoire à prendre la tête d’une des 31 fédérations olympiques françaises, après Jacqueline Reverdy à l’équitation entre 1998 et 2004. Elle est donc actuellement la seule à ce niveau de responsabilités.

La liste présentée par Mme Lamour (Passion Escrime) a devancé celle de Frédéric Pietruszka (Escrime Ensemble) après décompte des votes des grands électeurs issus des clubs et des ligues. Ancienne fleurettiste de haut niveau, membre de l’équipe de France entre 1985 et 1995 et sélectionnée pour les JO de 1988 et 1992, la nouvelle présidente de la FFE exerce le métier de dentiste dans le civil.

Avant l’élection, les deux têtes de liste ont avancé leurs arguments pour séduire les grands électeurs. Isabelle Lamour reprochant au sortant son mode de gestion de la fédération. Sa gestion de la fédération relève du management d’entreprise. Moi je suis à l’opposé de tout cela, affirmait-elle avant l’élection. On s’appuie sur des cadres, des salariés, des bénévoles, des maîtres d’armes… des populations très diverses, et beaucoup ne sont pas rémunérés. On ne peut pas avoir une approche comme dans une entreprise, c’est une association. Les tenants du président sortant la raillent, soulignaient le flou de ses propositions. De l’autre côté, on a beaucoup d’idées, de critiques, mais on ne sait pas vraiment ce qu’est un fonctionnement fédéral. Cette inexpérience va être préjudiciable, estimait Pietruszka. Nos propositions collent au terrain. Quelle légitimité j’ai pour réunir les responsables ou présidents de Ligue ou de clubs ? Je sais où je veux aller mais j’attends d’avoir cette légitimité pour faire des propositions consensuelles, rétorquait Isabelle Lamour.

Autre sujet de discorde, l’état des finances. Les finances sont globalement dégradées. Il y a souvent eu de bonnes idées, mais la mise en oeuvre n’est pas toujours en phase avec ce qu’on est, avec la taille de notre fédération, constatait Isabelle Lamour, évoquant l’acquisition d’un nouveau siège et l’organisation des Mondiaux 2010 à Paris. Les finances sont correctes, répondait le président sortant. On a fini l’année 2012 avec plus 25.000 euros. On a redressé une situation difficile, c’est vrai. Mais le budget 2013 est en équilibre.

Président de la FFEscrime depuis 2005, Frédéric Pietruszka restera dans le domaine de l’escrime puisqu’il a été nommé secrétaire général de la Fédération internationale (FIE) en décembre dernier.