L’Union cycliste internationale (UCI) a exprimé vendredi sa détermination à poursuivre le développement du ProTour malgré l’absence sur ce circuit de l’élite des courses majeures des grands organisateurs en conflit avec elle.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil de l’UCI ProTour (CUPT), vendredi à Bruges (Belgique), le président de la fédération internationale, Pat McQuaid, a estimé réjouissant de constater que même dans des circonstances plutôt troublées, les coureurs, ainsi que les équipes et les organisateurs avec licence font preuve d’un tel engagement en faveur du ProTour.

Pour l’inscription de nouvelles épreuves au calendrier dès 2009, l’organe dirigeant le ProTour a été informé de l’avancement des discussions avec ses partenaires en Russie et en Chine, ainsi que des autres perspectives qui pourraient également s’ouvrir, à moyen terme, sur d’autres continents (Amérique et Afrique).

Le CUPT a également pris note de la création d’une unité qui fournira ses prestations dans les domaines du développement de nouvelles courses et de services aux organisateurs et aux équipes tels que la production et la diffusion TV et la recherche de sponsors, selon le communiqué.

A cette réunion ont participé notamment les représentants des coureurs et des organisateurs avec licence ProTour. En revanche, ni les grands organisateurs (ASO pour la France, RCS pour l’Italie, Unipublic pour l’Espagne), ni Eric Boyer, président de l’association des équipes (AIGCP) récusé par l’UCI, n’étaient présents.