Huit candidats, dont l’ancien vice-champion olympique de lutte Ghani Yalouz, se sont officiellement déclarés pour le poste de directeur technique national de l’athlétisme (DTN), a-t-on appris auprès de Bernard Amsalem le président de la Fédération française (FFA) samedi à Turin.

Yalouz, actuel DTN de la lutte, a un profil intéressant, a assuré Bernard Amsalem, chargé de trouver un successeur à Franck Chevallier, qui quitte ses fonctions à la fin du mois.

Il fait partie de mes favoris. Il connaît le haut niveau, il a un bon bilan avec la lutte qui vient d’obtenir les meilleurs résultats de son histoire. Il saura s’exprimer, faire passer des messages et il sait comment gérer la pression du haut niveau, a ajouté le président de la FFA.

Parmi les autres candidats figurent notamment Bertrand Hozé, DTN-adjoint de Chevallier, Jean-Paul Krumbholz et Marie-Christine Cazier, l’ancienne athlète. Mais Bernard Amsalem a déjà prévenu qu’il souhaitait un DTN extérieur à l’athlétisme condamnant ces candidats de fait.

D’ici la mi-mars, la commission d’évaluation du ministère, dont je ferai partie, doit se réunir. Et le soir même, je choisirai le DTN, a ajouté Bernard Amsalem, qui avait dû renoncer à son premier choix Marc Lemercier lors d’un premier tour infructueux.

Agé de 41 ans, Yalouz a été vice-champion olympique en gréco-romaine aux JO-96. Il est aussi double vice-champion du monde (1989 et 1994) et double champion d’Europe (1992 et 1995).

Après une 11e place aux JO-2000, il était devenu directeur des équipes de France de gréco-romaine puis DTN en janvier 2007.

Avec Yalouz, les lutteurs français ont brillé aux JO de Pékin l’été dernier avec le titre olympique de Steeve Guénot et la médaille de bronze de son frère Christophe.