Le président de la Ligue nationale de basket (LNB), René Le Goff, a répété son désaccord avec certains aspects de la réforme de l’Euroligue à l’horizon 2009-2010, mercredi au Mans, lors d’une conférence de presse en marge du match de l’équipe de France face à l’Ukraine.

L’Uleb, organisatrice de l’Euroligue, prévoit d’accorder à partir de la saison 2008/09 une place garantie sans limite de durée à 16 équipes sur 24. Ces seize élus, dotés d’une licence A, seront choisis en fonction de leurs résultats en Euroligue, mais aussi selon des critères économiques, comme les droits télévisés ou l’affluence dans les salles. Sept licences B seront attribuées non à des équipes mais à des pays, en fonction des mêmes critères sportifs et économiques. Enfin, une licence C reviendra au vainqueur de la seconde coupe européenne, appelée ces dernières années Coupe ULEB et désormais Eurocoupe.

René Le Goff, par ailleurs vice-président de l’Uleb, a indiqué mercredi que l’instance allait se réunir lundi et mardi à Paris pour discuter de cette réforme, soulignant qu’il avait quelques objections à ce sujet, partagées par d’autres présidents de Ligues européennes. On veut déjà souligner que cette décision n’est pas valable puisqu’elle n’a pas été votée à 4/5 des voix, a-t-il déclaré. On est tous d’accord qu’il faut aller dans ce sens mais j’estime que la démarche telle qu’elle est présentée est trop restrictive.