Bernard Amsalem, président de la Fédération française d’athlétisme (FFA), a dressé un bilan plutôt positif de la première année du Lagardère Tour, circuit de la Ligue nationale d’athlétisme (LNA), dont la 5e et dernière étape a eu lieu mercredi soir à Monaco.

J’en ai eu l’idée et je l’ai fortement voulu. Mais la décision a été prise en décembre et, en janvier, il a fallu bâtir un circuit, convaincre des partenaires et les athlètes qui ont joué le jeu, a rappelé le président de la FFA.

M. Amsalem s’est félicité qu’Arnaud Lagardère, également présent au stade Louis-II, avait confirmé qu’il continuait jusqu’en 2012.

Le président fédéral a cependant reconnu que cinq meetings, ce n’est pas suffisant. Il en faut sept ou huit l’an prochain pour créer une vraie histoire. Il a également indiqué qu’un effort serait fait en direction des athlètes étrangers.

A l’issue de la réunion comptant aussi pour le Super Grand Prix, M. Amsalem a estimé que le mauvais temps avait influé négativement en juin et début juillet sur les performances des Français.

Monaco, c’est le premier meeting où les conditions sont estivales. Auparavant, la plupart des meetings s’étaient déroulées dans des conditions difficiles, pluie comme à Paris-Jean-Bouin, froid à Strasbourg, a-t-il souligné.