Ottavio Cinquanta, président de la Fédération internationale de patinage (ISU), a affirmé vendredi à Los Angeles que sa fédération ne souffrait pas trop de la crise.

Le sport en général souffre de la crise parce que cela coûte cher d’organiser de grands évènements. L’âge d’or des parraineurs et des droits télé est terminé, mais l’ISU ne se porte pas si mal grâce aux télévisions d’Asie, a-t-il dit lors d’une conférence de presse dans les cadre des Mondiaux-2009 de patinage artistique.

Cinquanta a par ailleurs critiqué les networks télé américains qui n’ont pas programmé en prime time le libre messieurs remporté jeudi soir par Evan Lysacek, alors que le niveau de la compétition était très relevé. Les 13 premiers ont en effet dépassé les 200 points.