Un fonds d’investissement américain, Quantum Motorsport, est en discussion avec Lotus F1 pour entrer dans le capital de l’écurie de Formule 1. Son apport soulagerait les finances de l’écurie.

Nous avons des discussions depuis quatre mois avec Quantum Motorsport, on espère que ça va se terminer bientôt. Si ça ne se passe pas, on envisagera d’autres solutions, dans l’intérêt primordial de préserver l’écurie et de ne pas procéder à des licenciements massifs, confirme le patron français de l’écurie Lotus, Eric Boullier. Toutes les enquêtes approfondies (sur l’origine des fonds de Quantum) ont eu lieu, il n’y a aucun problème de ce côté-là, mais aujourd’hui ça devient très compliqué de faire bouger de l’argent dans le monde. Les banques font leur métier et suivent les instructions, ajoute Boullier, qui veut éviter à tout prix de réduire la taille de l’écurie d’Enstone. C’est juste une question de +timing+. On n’a aucun doute sur l’authenticité des intentions de Quantum. Mais si le +timing+ n’est pas respecté, on va avoir de graves soucis. Il faudra prendre des décisions. Il y a d’autres scénarios. Le plus important pour moi, c’est de faire en sorte que l’écurie ne subisse pas trop de dommages, affirme Boullier, visiblement inquiet.

La situation financière de l’ex-Renault F1 est telle que le choix du remplaçant Kimi Räikkönen s’impose à elle au lieu de le choisir. Boullier préfèrerait recruter l’Allemand Nico Hülkenberg (Sauber) mais risque de voir arriver le Vénézuélien Pastor Maldonado (Williams), soutenu par le géant pétrolier PDVSA.
40.000€ le point

Kimi Räikkönen est en contentieux financier avec son écurie, pour le retard de paiement de ses bonus cette saison, à raison de 40.000 euros par point marqué au championnat. Or Räikkönen en a déjà marqué 183, soit 7,3 millions de bonus, à ajouter à un fixe estimé à trois millions d’euros environ.