La snowboardeuse suisse Andrea Schuler, non retenue pour les Jeux olympiques de Turin bien que remplissant les critères fixés par le comité de sélection, a annoncé vendredi qu’elle allait faire appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne.

Swiss Ski (la fédération) et Swiss Olympic ont interprété l’application des critères de sélection de différentes manières selon les athlètes, c’est contre ça que je me défends, souligne Andrea Schuler dans un e-mail envoyé vendredi par son avocat à l’Agence suisse SportInformation.

La spécialiste de half-pipe estime que le comité de sélection a préféré retenir quatre autres athlètes qui ont des résultats d’ensemble nettement inférieurs, et croit encore en ses chances de participer aux Jeux de Turin (Italie) qui auront lieu du 10 au 26 février.

De son côté, le chef de mission de Swiss Olympic, Werner Augsburger, qui fait partie du comité de sélection, reste confiant sur l’issue de cette affaire. Dans le concept de sélection, il n’est pas tenu compte seulement des résultats mais également de différents critères comme la santé ou le jugement des entraîneurs, a-t-il précisé à SportInformation.

Le chef de mission souligne également que toutes les fédérations ont signé le concept de sélection voilà plus d’une année.

Le comité avait, de surcroît, avalisé une proposition de sélection de Swiss Ski.

Le TAS est installé à Turin du 31 janvier, date de l’ouverture du Village olympique, au 26 février, date de la clôture des XXe jeux Olympiques d’hiver, afin de trancher rapidement tout litige.