Aucun secteur économique n’est épargné depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Celui du sport n’y échappe pas. L’Union Sport & Cycle a interrogé ses adhérents sur l’impact de la crise. 80% des entreprises du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité interrogées déclarent avoir observé un recul de leur chiffre d’affaires entre le 1er et le 13 mars.

En moyenne, cette baisse a été chiffrée à -14% mais pour un tiers des sociétés interrogées*, ce recul est supérieur à 20%. Tous les secteurs sont touchés, puisque les magasins et salles de sport ont enregistré une baisse moyenne de 15% de leur fréquentation. Pour le futur, les perspectives ne sont pas réjouissantes. 42% des fabricants observent déjà des difficultés d’approvisionnement et 41% autres se préparent à en avoir ses prochaines semaines. Du coup, près des deux tiers (63%) des entreprises du secteur envisagent déjà le recours au chômage partiel. Un taux qui monte à 75% dans les commerces d’articles de sport. Enfin, 80% craignent des difficultés de trésorerie au cours des prochains mois.

«Même si ces résultats et cette situation angoissent et inquiètent les dirigeants du secteurs, la plupart ont déjà la volonté de se projeter sur l’après et la sortie de crise», commente Virgile Caillet, délégué général de l’Union Sport & Cycle

(*) Étude réalisée via un questionnaire auto administré sur internet réalisé du jeudi 12 mars au lundi 16 mars 2020. 342 répondants dont 222 magasins ou enseignes, 86 fabricants, 34 gestionnaires de loisirs marchands (salles de sport & fitness, foot à 5,…)