C’est un potentiel acheteur en moins pour les détenteurs de droits, mais ce n’est pas une surprise. Xavier Niel, le patron d’Illiad (Free), confirme son absence d’intérêt pour l’achat de droits TV.

«Les télécoms et les médias sont des sujets qui réclament des compétences différentes, explique-t-il dans le Journal du Dimanche. Décrocher à prix d’or des droits, comme certains le font aujourd’hui et comme d’autres ont tenté de le faire hier, pour mieux gonfler leur portefeuille de clients, me paraît contraire à l’intérêt du consommateur et potentiellement contraire au droit de la concurrence.» Alors que ses rivaux optent pour la convergence médias-télécoms et que SFR investit dans les droits sportifs à tour de bras, Free restera donc en retrait.

Un discours constant. « On pense que les exclusivités n’ont pas de sens. Si vous êtes obligés de vous abonner pour avoir un contenu cela ne marche pas », assurait le fondateur de Free en mai dernier lors de Convention Free 2017. Il annonçait clairement : « Nous n’achèterons pas d’exclusivité. » Selon lui « acheter des contenus n’a pas d’impact sur les abonnements ». Et Xavier Niel de conclure à ce sujet que l’achat de contenus « n’est pas notre job. Le notre, c’est de faire des télécoms, bien. Les contenus ne doivent pas être exclusifs. Ce n’est parce que on est bon en contenu que l’on sera bon en télécoms ».