Dans le cadre de son webzine « Le Sport comme École de la Vie », le Crédit Agricole est parti à la rencontre de Lou Braz Dagand, skieur handisport de 25 ans originaire d’Annecy, qui n’a qu’un seul objectif : participer aux Jeux Paralympiques de 2022 à Pekin. Témoignage.

Paraplégique suite à la maladie de Lyme, survenue brutalement à l’âge de 19 ans, Lou Braz Dagand est passé par de multiples épreuves qui font sa force aujourd’hui. D’abord tétraplégique, il a ensuite perdu la vue, puis la parole, avant de s’en sortir grâce “aux recherches et aux traitement“. “Bien sûr il y a eu de la panique», explique-t-il. “Mais quand on apprend qu’on est paraplégique, qu’on va perdre l’usage de ses jambes, malheureusement c’est notre entourage qui nous amène au fond lorsque l’on est à l’hôpital. C’est vrai que lorsque les gens venaient me voir j’avais une façade. Je faisais exprès d’être content, de leur remonter le moral, pour qu’ils me remontent le moral derrière. Mais quand ils partaient, c’était la fin du monde.»

Dôté d’un caractère de sur-homme, Lou Braz Dagand s’est fixé des objectifs. “Je ne voulais pas remarcher, mais reskier, retrouver le plaisir de la glisse. C’était ce dont j’avais besoin.» D’ailleurs, le skieur haut-savoyard utilise sa passion comme véritable force : “le sport permet de soigner la maladie de Lyme, de palier aux traitements, à la fatigue.»