La ministre de la santé, de la jeunesse et des sports Roselyne Bachelot a présenté le 22 février à Paris un plan de lutte contre les violences sexuelles dans le milieu sportif.

Entourée de sa conseillère technique sur le sujet Isabelle Demongeot, dont le livre, Service volé, paru en mai 2007, avait contribué à la prise de conscience du phénomène, la ministre et Henri Sérandour, président du comité national olympique et sportif français (CNOSF), ont paraphé une charte qui doit désormais être signée par tous les présidents de fédérations sportives françaises.

Mme Bachelot a également annoncé le lancement d’une campagne d’information, reposant sur 20.000 affiches, la mise en place d’un N° Vert (08.842.84.637), une meilleure formation du personnel encadrant et une journée de sensibilisation sur le sujet.

Commentant les résultats intermédiaires d’une enquête menée en Aquitaine auprès de 356 jeunes sportifs et qui a révélé une centaine de cas de violences sexuelles, la ministre a insisté sur la nécessité de briser la loi du silence et contesté l’idée que parler de ce problème longtemps tabou allait entretenir un climat délétère sur le sport.