Le ministre des Sports David Douillet a installé lundi à Paris la conférence nationale du sport composée de 31 membres, appelée à devenir une boîte à idées fédérant équitablement les quatre acteurs du sport français.

Une demi-douzaine de groupes de travail, chacun constitué de représentants des quatre partenaires – Etat, collectivités locales, mouvement sportif et monde économique – travailleront sur des sujets tels que le sport pour tous, le poids économique du sport, l’éthique dans le sport ou le haut niveau. Cette conférence doit à terme recentrer la gouvernance en matière de sport vers les entités qui le financent, telles les collectivités et les entreprises qui n’ont historiquement jamais été associées aux décisions.

Les groupes de travail mis en place pendant la première phase de l’Assemblée du sport avaient émis au printemps dernier 313 préconisations. C’est une boîte à idées qui va nous servir à avancer concrètement, a souligné David Douillet. Prévue pour rassembler 80 membres dans son ancienne version, la Conférence nationale ne compte plus aujourd’hui que 31 intervenants.

Le sport est l’affaire de tous, a déclaré le ministre. Il est l’affaire de l’Etat, du mouvement sportif. Il est aussi l’affaire des collectivités territoriales devenues des acteurs primordiaux des politiques sportives. Enfin, les entreprises souhaitaient également être associées. Pendant longtemps, on a eu tort de ne les voir que comme une source de financement. Il y a une vraie envie de leur part et un réel intérêt pour nous tous à ce qu’elles participent à la stratégie du sport français.