Le ministère des sports a présenté lundi un guide reprenant tous les outils juridiques existant afin de lutter contre les discriminations, les violences et les incivilités dans le milieu du sport.

Oui, il existe des violences physiques et verbales dans le sport, des violences que subissent de trop nombreux bénévoles, de trop nombreux arbitres, de trop nombreuses équipes, a reconnu la ministre des sports Valérie Fourneyron. Oui, il existe des problèmes de violences sexuelles dans le sport. Les agressions sexuelles et les abus d’autorité existent. Oui, il existe de la discrimination, du racisme et de l’homophobie dans le sport.

Ces maux n’appellent pas forcément de nouvelles ripostes puisque l’arsenal législatif existe, à disposition des victimes, mais souvent méconnu, a rappelé la ministre.

Aujourd’hui, des lois existent, tout un arsenal juridique de prévention et de répression qui permet de punir celui qui s’adonne à des comportements racistes, homophobes, violents, discriminatoires qu’aucun d’entre nous ne peut tolérer. Les interdictions de stade fonctionnent, a-t-elle estimé.

Le guide juridique présenté lundi sous le parainnage de Laura Flessel, présidente du Comité de lutte contre les discriminations dans le sport, sera en ligne dès la mi-février sur le site du ministère. Il recense toutes les formes de discriminations observées et toutes les réponses que le milieu sportif, pratiquant, club, arbitre, bénévole, peut leur apporter.