Michel Platini ne se présentera pas pour la présidence de la FIFA. L’ancien meneur de jeu va briguer un troisième mandat à la tête de l’UEFA.

Michel Platini a mis fin au suspense. Après avoir repoussé cette annonce, il a finalement préféré décliner la possibilité de se présenter pour la présidence de la FIFA, a-t-il fait savoir ce jeudi à Monaco, quelques heures avant le tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des champions. A la place, Platoche va briguer un troisième mandat à la tête de l’UEFA.

En poste depuis 2007 à la tête de l’instance européenne, l’ancien meneur de jeu se plaît dans ce rôle. Son travail y est reconnu et apprécié. Sa famille apprécie également de pouvoir vivre à Nyon, où se situe le siège de l’UEFA. Pas de quoi le pousser à tenter sa chance pour la FIFA, pointée du doigt ces dernières années en raison de plusieurs affaires de corruption. C’est le choix du coeur, de la passion, je me représente à un nouveau mandat à l’UEFA, je ne me présente pas à la FIFA, ce n’est pas un choix par défaut, a-t-il justifié devant la presse.

Homme de défis, en froid avec son ancien ami Sepp Baltter qu’il ne soutiendra pas dans sa quête d’un autre mandat, Platini avait les cartes en mains. Dans le cas où il aurait annoncé sa candidature, la lutte s’annonce féroce entre lui et le Suisse, à la tête de la FIFA depuis 1998. Pour l’instant, seul Jérôme Champagne, un autre Français, s’est déclaré candidat, sans trop de chances de faire vaciller Blatter. La donne aurait été différente avec Platoche.