Le Bayern de Munich de Lizarazu et de Sagnol s’est taillé la part du lion l’an dernier avec 300 MF de revenus grâce à la Ligue des Champions.

La Ligue des Champions revient sur nos écrans. Pour la troisième saison, 32 équipes tenteront de décrocher au mai prochain la coupe aux grandes oreilles. Enfin une poignée d’entre eux seulement car la compétition majeure du continent européen est le plus souvent monopolisée par les plus puissants clubs. Incontournable sportivement, la Ligue des Champions l’est aussi économiquement.

L’UEFA a fait ses comptes. Le Bayern Munich, vainqueur de l’épreuve, est le grand gagnant de l’édition 2000-2001. En comptant les entrées au stade, le sponsoring, les droits TV (3,5 milliards de Francs par an) et les primes de résultats, le Bayern a encaissé plus de 300 MF ! A la seconde place, et c’est une surprise, on retrouve la Lazio de Rome ! Malgré son élimination précoce, le champion d’Italie 2000 a encaissé 175 MF (en grande partie grâce aux droits TV). Les Italiens brûlent la politesse au FC Valence, finaliste pour la seconde année consécutive. Les Espagnols terminent sur le podium avec un chèque de 170 MF.

Les clubs français ne sont pas à plaindre. Même s’ils ne sont pas parvenus à passer le cap du second tour, ils profitent de l’apport des télévisions hexagonales (Canal + et TF1 versent chaque année 560 MF pour la retransmission de l’épreuve). Le PSG s’en est tiré avec 147 MF, L’Olympique Lyonnais avec 129 MF et l’AS Monaco avec 115 MF.

Mieux en tout cas que la grande Juventus de Turin et ses 110 MF.