Frédéric Thiriez ne décolère pas. La nouvelle mouture de la taxation à 75% des plus hauts revenus, qui devra désormais être assumée par les entreprises, est loin de satisfaire le président de la Ligue professionnel de football.

Dans un communiqué, le dirigeant de la LFP s’est clairement positionné sur le sujet. On étrangle les clubs ! Après avoir essayé de s’en prendre aux joueurs, on s’en prend à présent aux PME que sont les clubs professionnels, a déploré Thiriez, avant de se lancer dans une explication chiffrée. La nouvelle taxation va coûter aux clubs de L1 82 M€, soit une augmentation brutale des charges de 30%, alors qu’ils sont déjà en difficulté financière, qu’ils ont dû absorber une charge supplémentaire de 50 M€ avec la suppression du Droit à l’Image Collective et qu’ils subissent déjà les charges sociales les plus élevées en Europe. Avec cette nouvelle taxation, la France va perdre ses meilleurs joueurs, estime-t-il encore. Et de conclure : L’Etat y perdra ses meilleurs contribuables. C’est une opération perdant-perdant.

Cette taxe sera payée par les entreprises versant des rémunérations supérieures à un million d’euros. Précisons que François Hollande a souligné que le taux de 75% serait atteint toutes impositions confondues. C’est donc la somme des taxes acquittées par l’entreprise qui sera égale à 75% sur les très hauts revenus. Sachant que les sociétés sont déjà assujetties à des charges patronales à hauteur de 25%, l’effet de cette nouvelle contribution ne serait donc que de 50%.

Le dispositif est loin d’être prêt. Il existerait aussi plusieurs moyens de contourner cette taxe, grâce par exemple à la possibilité, pour les personnes concernées, de différer leurs revenus d’une année à l’autre (cette imposition exceptionnelle doit durer deux ans). D’ici à septembre, date à laquelle le budget 2014 sera présenté, les débats risquent d’être animés.

Dans l’ancienne version, 150 joueurs de Ligue 1 auraient été concernés.
Caïazzo : la mort du foot professionnel français

Président du directoire de Saint-Etienne et représentant de la Ligue 1 pour le syndicat des clubs, Bernard Caïazzo est lui aussi très remonté contre cette nouvelle taxation annoncée. Caïazzo n’imagine même pas qu’une telle mesure puisse s’appliquer. Si c’était le cas, ce serait la mort du foot professionnel français.