Après le montant du salaire de Zlatan Ibrahimovic cet été, le PSG pourrait s’offrir une nouvelle polémique avec David Beckham. L’international anglais a pourtant annoncé qu’il reverserait l’intégralité de son salaire à des oeuvres caritatives. Mais selon le Parisien, cette manœuvre aurait comme but principal d’éviter au Spice Boy de payer des impôts en France. Il ne séjourne pas assez longtemps en France (cinq mois, contre six mois et un jour nécessaires pour être imposable), les sièges de ses différentes sociétés ne sont pas dans notre pays et son domicile fiscal, c’est-à-dire son domicile réel, où vivent sa femme et ses enfants, est à Londres, énumère le quotidien. Seul un critère pourrait poser problème. Il faut aussi exercer une activité professionnelle salariée ou non (4) selon la loi pour être taxé, explique Me Le Tacon avocat fiscaliste au cabinet Delsol à Paris, interrogé par nos confrères. Or, en payant pour lui les associations caritatives, ce critère est discutable. Le PSG, dans l’obligation de verser à salaire au joueur, donnerait 2200€ à Beckham, le minimum en L1, tandis que le reste de ses émoluments, estimés à 800 000 € par mois, seront redistribués. De quoi convaincre l’Anglais, qui gagne 34 millions d’euros par an seulement grâce à ses nombreux sponsors, de rejoindre la capitale. Mais aussi de faire grincer des dents certains observateurs en cette période de crise…