Doux mirage depuis plusieurs années, c’est à présent presque une réalité. A en croire les informations du quotidien sportif L’Equipe, le fonds d’investissement Colony Capital pourrait définitivement vendre d’ici un an le Paris Saint-Germain à un groupe financier qatari, Qatar Investment Authority, qui avait déjà tenté de racheter le club francilien par le passé. Pour une nouvelle ère au Paris SG ?

La révolution serait-elle en marche du côté du Paris SG ? En dépit d’un match nul concédé sur la pelouse de l’AS Monaco (1-1), le club de la capitale reste à portée de fusil de l’Olympique Lyonnais dans la course à la qualification pour le tour préliminaire de la prochaine Ligue des champions. Si tous les supporters parisiens attendent depuis maintenant sept ans (saison 2004/2005) un retour dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, Colony Capital espère également que la formation d’Antoine Kombouaré parviendra à décrocher son billet pour la C1. La raison ? Faciliter la vente du PSG.

Alors que Sébastien Bazin avait déclaré en mars dernier que des investisseurs minoritaires pourraient entrer dans le capital du Paris Saint-Germain mais que Colony Capital garderait la mainmise jusqu’à la fin du bail qui expire dans quatre ans, le discours de l’actionnaire majoritaire semble avoir changé, à en croire les informations du quotidien sportif L’Equipe. En effet, Sébastien Bazin, conscient que Paris était un gouffre financier – on annonce une perte de 34 millions d’euros pour la saison en cours -, aurait rencontré des représentants du groupe d’investissement Qatar Investment Authority et aurait donné son assentiment concernant la vente du club, moyennant la somme de 50 millions d’euros. Colony Capital garderait toutefois le Parc des Princes, dont le bail devrait être renouvelé en juin prochain.

L’équipe dirigeante en place, notamment le président Robin Leproux et l’entraîneur Antoine Kombouaré ainsi que l’organigramme général du club, resterait inchangée et une manne financière de 50 millions d’euros par saison sur trois ans, soit 150 millions d’euros en tout (!) seraient alloués à la fenêtre des transferts. De quoi redonner des ambitions à un PSG qui réalise une saison accomplie. Aussi, les premiers noms évoqués, à savoir Milan Bisevac (Valenciennes), Alou Diarra (Bordeaux) ou Dimitri Payet (Saint-Etienne) ne seraient plus que des seconds couteaux, Paris pouvant légitimement viser plus haut. Et avec 50 milliards d’euros d’actifs, Qatar Investment Authority pourrait bien donner un tout nouveau visage au PSG. Le Manchester City du football français ?