L’Assemblée générale élective de la Fédération française de boxe (FFB) aura lieu samedi sur fond d’imbroglio après la suspension, prononcée par l’Association internationale amateur (AIBA), du président sortant Humbert Furgoni, candidat à un quatrième mandat. En poste depuis 2002, M. Furgoni a été suspendu de toute activité dans la boxe amateur pendant 18 mois. Cette suspension lui a été notifiée dans un courrier, daté du 6 février, adressé par l’AIBA à la FFB et dont l’AFP a obtenu copie.

L’AIBA reproche au président français une violation du code disciplinaire de l’AIBA lors d’une interview à France 2, dans laquelle Humbert Furgoni avait déclaré, dans une séquence filmée en caméra cachée, que la France n’a pas eu de médaille olympique (ndlr: à Londres), car elle n’est pas assez riche pour avoir une influence internationale importante.

En réaction à la diffusion de ce reportage, Humbert Furgoni a déposé plainte mercredi contre un journaliste de France 2 pour atteinte à la représentation de la personne. Alors que la Fédération française doit réunir samedi son assemblée générale élective, l’AIBA souligne que, selon ses statuts, (elle) ne peut reconnaître une personne frappée de suspension comme président d’une fédération nationale.

L’AIBA a prévu d’envoyer un observateur à l’AG de la FFB, samedi à Pantin, en région parisienne.