Il y a trop de rallyes en Europe par rapport au reste du monde, a affirmé dimanche le président de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), Jean Todt, à la fin de sa visite au rallye de l’Acropole, 7e manche du championnat du monde (WRC).

Le calendrier 2012 du WRC a été validé en juin par la FIA, avec 13 dates dont le Rallye de Monte-Carlo en janvier, après trois ans d’absence, et au total 10 manches en Europe, contre trois lointaines (Mexique, Argentine, Nouvelle-Zélande).

Il était illogique de ne pas avoir le Monte Carlo dans le calendrier du championnat du monde, c’est résolu. Pour moi, la cohérence d’un calendrier, c’est d’avoir des épreuves réparties à travers le monde, et aujourd’hui il y a trop d’épreuves en Europe par rapport au reste du monde, estime le président de la FIA.

Le Moyen-Orient (Jordanie) et l’Amérique Latine (Mexique et Argentine) ont été couverts cette année, mais il y a également l’Asie, l’Amérique du Nord, la Russie, l’Inde, l’Afrique, donc on a encore du pain sur la planche, a dit M. Todt, copilote de rallye dans les années 70 et 80, puis patron de Peugeot Sport en endurance et de Ferrari en F1.

Le président de la FIA a aussi évoqué brièvement les grandes lignes de son projet pour le WRC, autour de plusieurs paramètres à respecter: les coûts, l’amélioration du spectacle, l’intégration de nouvelles technologies qui tiennent comptent de l’évolution de nos sociétés et le besoin de créer un lien très fort entre la compétition et la sécurité routière dans le monde.

Il y a déjà beaucoup de choses qui ont été faites, et beaucoup de potentiel à la disposition du promoteur (North One), des constructeurs, des organisateurs et des équipes privées. C’est un programme qui prendra du temps mais nous avons déjà identifié plusieurs domaines dans lesquels nous allons pouvoir faire des améliorations, a conclu M. Todt avant de quitter la Grèce.