L’Asvel a annoncé vendredi sa décision de rester à Villeurbanne où doit être construite d’ici 2013 une salle multifonction de 15.000 places dont l’équipe de basket de ProA sera le club résident.

Le nouveau terrain est situé à proximité de l’Astroballe, l’actuelle salle de l’Asvel (5.600 places). Sur ses quatre hectares devraient être construits, outre la grande salle qui servira pour des évènements sportifs et culturels, une halle des cultures urbaines et l’académie Tony Parker.

En prenant cette décision, le club met devant le fait accompli le président du Grand Lyon, Gérard Collomb, qui avait tardé à faire savoir sa préférence entre Villeurbanne et les autres candidats – notamment Vénissieux, Décines (au sein du futur grand stade de l’OL), ou Eurexpo.

Je suis un maire heureux du choix de l’Asvel et de Tony Parker de vouloir continuer l’aventure à Villeurbanne, a déclaré Jean-Paul Bret, maire (PS) de Villeurbanne.

Ce choix de raison fondé sur des critères objectifs nous satisfait d’autant plus qu’il s’inscrit dans le respect des origines, de l’histoire et de l’ancrage villeurbannais du club, s’est réjouit Gilles Moretton, président de l’Asvel.

Pour Tony Parker, vice-président du club, il était important qu’il y ait une unité de lieu entre la grande salle, la salle d’entraînement et la Tony Parker Academy. Ce futur centre de formation de l’Asvel devrait notamment compter une trentaine de chambres pour accueillir les meilleurs jeunes joueurs français et européens.

L’Asvel espère aussi obtenir ainsi en 2012 une licence A, qui lui permettrait d’être engagée en permanence en Euroligue, à condition que son projet de salle soit lancé de manière irréversible.

Dotée d’un budget de 7,15 millions d’euros grâce à l’arrivée de l’international français des San Antonio Spurs (NBA) Tony Parker, en février dernier, la vieille dame, championne de France en titre engagée pour trois ans en Euroligue, aborde la compétition avec des moyens jusqu’alors interdits aux équipes françaises.