Après avoir longtemps résisté, Nike accepte de vendre ses chaussures sur le site d’Amazon.

Pour développer ses propres canaux de distribution et notamment ses ventes internet, Nike a toujours boudé Amazon. Mais pour le numéro 1 mondial des articles de sport, il n’est plus possible d’ignorer plus longtemps le géant du commerce en ligne. Voilà déjà plusieurs années qu’Adidas et Under Armour, ses principaux concurrents aux Etats-Unis, vendent leurs chaussures sur Amazon. Qui plus est, les Américains sont de moins en moins nombreux à se rendre dans les magasins physiques.

Adidas et Under Armour déjà présents

Nike n’était pas totalement absent du site d’Amazon : il y vendait déjà des chaussures via sa filiale Zappos et son site de revente consacré aux produits d’occasion (Amazon Marketplace). Ouvrir un canal de vente directe via le cybermarchand va également permettre à Nike de lutter contre les prix cassés (en s’appuyant sur des excédents de stocks) pratiqués par des revendeurs tiers non autorisés. Selon une note de la banque d’affaires Goldman Sachs, l’élimination des vendeurs tiers et une meilleure maîtrise du prix de ses produits pourrait lui rapporter entre 300 et 500 millions de dollars supplémentaires en revenus annuels rien qu’aux Etats-Unis.