La Cour d’appel de Munich a jugé recevable la procédure engagée par la patineuse de vitesse allemande Claudia Pechstein contre la Fédération internationale (ISU), réclamant des dommages et intérêts.

C’est un très grand jour et pas seulement pour moi. C’est une victoire pour tous les sportifs, s’est réjouie Pechstein après l’annonce du premier verdict favorable dans sa lutte depuis sa suspension pour dopage. Cette victoire vaut plus que toutes mes médailles, a poursuivi la nonuple médaillée olympique et sextuple championne du monde âgée de 42 ans. Je ne me suis jamais dopée (…) La bataille continue, a réaffirmé la championne, qui s’est toujours dit victime d’une injustice de la part de l’ISU qui l’a suspendue deux ans le 3 juillet 2009 en raison d’anomalies dans son passeport biologique. Son avocat a laissé entendre que sa cliente était prête pour un arrangement avec l’ISU, idée toujours rejetée par l’instance internationale.

Je préfère mourir pauvre que ne pas aller jusqu’au bout

La Berlinoise, formée en ex-RDA, réclame des dommages à hauteur de 4,4 millions d’euros à la Fédération internationale dont la sanction l’a privée des JO-2010 à Vancouver. En octobre 2011, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a jugé non valable et inapplicable la règle du CIO empêchant les athlètes suspendus pendant plus de six mois de participer aux JO suivants, décision permettant à Pechstein de concourir à Sotchi en 2014.

L’ISU a quatre semaines pour se pourvoir en cassation. Une décision favorable à Pechstein renverrai l’affaire devant la Cour d’appel pour une poursuite de la procédure.

Cette affaire m’a déjà coûté un million d’euros. Mais je préfère mourir pauvre que ne pas aller jusqu’au bout, avait assuré Pechstein après un échec devant le Tribunal de grande instance fin 2014.